Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 17:49

Ce film est considéré comme l'un des meilleurs du cinéma américain et il possède de nombreux adeptes comme par exemple Sebmagic qui tient le site Vol au dessus du septième art. Vous trouverez sa critique ici. Mais j'avoue que je n'ai jamais été spécialement attirée par Tarantino, c'est pourquoi je n'ai jamais saisi l'occasion de regarder Pulp fiction mais je suis heureuse de l'avoir découvert aujourd'hui et d'avoir parfait ma culture cinématographique. Donc merci à Sebmagic !

Maintenant, je vais vous faire part de mes remarques ou impressions au fur et à mesure du visionnage. Etant donné la structure narrative du film il aurait été difficile de fournir un propos structuré, il s'agira donc d'idées qui me sont venues à l'esprit en temps réel !

La première image que l'on aperçoit est la définition de pulp [1) la texture, la masse de matière 2) magazines bons-marchés qui publient des fictions] sur bruits ambiants, oiseaux, circulation, discussions qui prennent de l'ampleur. On commence donc par le son, l'image vient seulement ensuite. C'est astucieux, le ton est donné d'entrée : ce film sera original et décalé !

Deux individus discutent à propos de l'art du braquage. Ils sont instables,  nerveux dépendants au café. Après avoir longuement discuté ils agissent d'ailleurs rapidement sous l'impulsion.

http://1.bp.blogspot.com/--o3MAjKYBl8/TerT4DKM6eI/AAAAAAAAAp4/9V1lA-1XwQE/s1600/pulp-fiction-1994-22-g.jpg

Il s'agit de montrer le décalage entre la violence, l'agressivité dont sont capables ces criminels et leur humanité lorsqu'il discutent à propos de sujets plus ou moins dérisoires. Par exemple lorsque Jules et Vincent parlent de séries TV, cela prête à sourire.

D'ailleurs je soutiens Vincent :  masser les pieds, ce n'est pas rien !

Pour ces gangsters c'est un métier comme un autre, c'est un rôle à jouer.

Jules cite la Bible et combat donc le malin !

Cela me fait penser à une interview de Robert Kneper sur l'interprétation de méchants. L'acteur qui s'est principalement fait remarquer pour ses rôles de criminels dans Prison Break (T-Bag) ou Heroes (interview écrite + une vidéo ) dit qu'un méchant a des motivations en lesquelles il croit, il ne fait pas les mêmes choix que nous mais il est tout autant humain, il doit être complexe et ambigu pour susciter l'intérêt. C'est le cas avec ces deux gorilles qui ont leur propre morale et pensent être dans leur bon droit.

On accorde beaucoup d'importance au regard, souvent le cas dans les bons films. Il s'agit de regarder en face, un thème récurrent (qui jalonne le film)

Marsellus, le grand chef reste longtemps invisible : on l'aperçoit de dos après 20 minutes. Sa présence en est donc d'autant plus forte, ce personnage effraie, il possède un charisme impressionnant.

Tous les aspects de la criminalité sont passés en revue : drogue, braquages, meurtres... C'est un vrai film de gangsters !

Evocation de la cuisson dans le bar rock'n roll : carbonisée ou sanguinolente.  Ca résume tout l'excès des personnages, leur violence.

Pulp fiction est brille par son réalisme grâce aux  plans subjectifs ou aux dialogues qui n'hésitent pas à aborder longuement des thèmes de la vie quotidienne : les hamburgers ou à s'éclipser au profit de silences gênants.

Pour l'instant ma scène préférée c'est la danse au restaurant rétro.

http://moon.allmyblog.com/images/moon/1_20090603_143837.jpg

Avec la musique, les hamburgers, Marylin, les coupes de cheveux c'est un vrai voyage dans le temps, vers une vieille Amérique.

Autre thème : les promesse non tenues, d'actualité en ce mois de janvier avec toutes les stupides résolutions ! C'était la toute première discussion du film, on retrouve ce motif avec Vincent qui se convainc de partir. (on ignorera s'ils prendront finalement leur retraite, qu'il s'agisse de Vincent ou du petit braqueur, Tarantino a décidé de laisser planer beaucoup de mystère sur Pulp fiction)

En fait dans ce film il s'agit toujours de mensonge et de jouer un rôle, c'est peut-être une métaphore du cinéma. Les références sont si nombreuses qu'il s'agisse de Grease ou d'autres films.

"la loyauté c'est très important"  Vincent 50' Il existe bien un code du malfrat, du gangster c'est récurrent dans ce genre de films.

Je savais bien que l'acteur jouant Lance me disait quelque chose : Eric Stoltz a interprété M. Dimitri dans Once & again, une série familiale. Un rôle bien différent puisqu'il était un professeur de littérature passionné.  (et passionnant)

La structure narrative est vraiment surprenante. On ne peut la comprendre qu'à la fin en raison des flashforwards.

C'est étrange parce que les deux malabars ont tué 3 personnes sans ciller mais la réaction de l'un face au miracle divin le rend presque sympathique. Ensuite il panique à cause d'une serviette tâchée de sang, c'est qu'il est très soigneux notre criminel !

"moi j'ai les yeux grand ouverts" Encore le motif du regard, du courage.

La scène où Jules et Vincent nettoient la voiture me fait penser à la série Breaking bad, lorsqu'ils doivent faire disparaître un corps.

http://3.bp.blogspot.com/-nIkGs99cFDU/Tl1OW6ZQ_rI/AAAAAAAAFRE/GH737Xv9-2o/s1600/Pulp%2BFiction.jpg

A la 130ème minute on rejoint enfin les premiers personnages apparus. Jules veut protéger les faibles. 

Et la fin ah quand même je l'adore ! Le film m'a paru très décalé mais jamaisdrôle, seule ces dernières minutes m'ont fait rire. La synchronisation des deux acteurs, leur tenue, leur naturel en regardant les clients du coffee shop...décalé, bien réalisé et très amusant.

CONCLUSION

La réalisation du film, le scénario sont très bons, il est très intéressant de l'étudier néanmoins il ne s'agit pas vraiment du cinéma qui m'attire. En tant que sériphile j'éprouve probablement le besoin de m'attacher aux personnages et ça ne prend pas avec Pulp fiction. Mais je reconnais le talent délirant de Tarantino. Le film ne juge pas les personnages et demeure un mystère à bien des sujets, ce qui est appréciable mais je ne le qualifierai pas de chef d'oeuvre. Son but est d'être délirant, impressionant (surtout côté réalisation), les techniques narratives sont innovantes mais je ne le trouve pas véritablement profond.  Rien ne ressort de ce film, tout est dérisoire, on n'a donc pas à s'intéresser vraiment aux personnages, malgré le réalisme du film on n'oublie jamais que c'est une fiction. (mais c'est volontaire) Chaque élément nous dit que la technique cinématographique est maîtrisée, c'est un prétexte à exceller  dans  ce domaine c'est probablement le film qui démontre le mieux l'art de Tarantino mais je ne dois pas être suffisamment cinéphile pour l'apprécier. Je le vois donc comme une célébration du cinéma américain par l'un de ses surdoués, cela apparaît même dans le casting notamment avec Travolta. Je regarde peu de films de gangsters mais le Parrain m'a laissée un souvenir impérissable, bien plus profond. Je pense que la psychologie y tenait une place plus importante et il ne faut pas oublier qu'il possède aussi des scènes d'anthologie considérées comme les meilleures du cinéma américain. En fait, il me manque une petite étincelle pour apprécier ce film qui n'appartient déjà pas à mon registre habituel mais en le voyant j'ai pensé qu'il représentait à merveille le septième art américain. Les Etats-Unis sont donc le pays de la pulp fiction !

Et un extrait pour terminer :

 

 


Partager cet article

Repost0

commentaires

Rubens_D 13/11/2012 01:11

Salut, quelques points qui ont retenu mon attention dans ton article
citation : "rien ne ressort de ce film, tout est dérisoire, on n'a donc pas à s'intéresser vraiment aux personnages " très faux comme conclusion du moins en ce qui te concerne, car le réalisateur
arrive très bien à nous retranscrire le monde des gangsters et des tueurs à gages, avec fantaisie et humour noir, à travers les dialogues ils apparaissent comme des simples d’esprit qui commettent
des actes ignobles, il traite aussi de la rédemption ( à travers Jules), de la loyauté(celle de Vincent envers Marcellus ), de la trahison (quand butch gagne son match de boxe alors qu'il devait se
couché),fin bref tu vois bien qu'il ressort pleins de thèmes du film.
citation : " Je regarde peu de films de gangsters mais le parrain m'a laissée un souvenir impérissable, bien plus profond " je pense pas que pulp fiction soit un film de gangster, beaucoup de
critiques ne peuvent le classifier, donc inutile de comparer avec les sentiments que le parrain ait pu te procurer, carle parrain s'inscrit dans une lignée bien précise de films ( les affranchis,
casino, il était une fois en Amérique, kill the irish man, miller's Crossing, donnie brasco etc)

Anaïs 24/11/2012 18:20



Oui, ma phrase était effectivement mal formulée. De nombreux thèmes (j'en ai montré quelques uns) se dégagent du film mais il ne m'a pas particulièrement touchée, ce qui est très subjectif, j'en
ai conscience. Et j'approuve cette rectification, Pulp fiction n'est pas un film de gangster mais un film culte tout comme "Le Parrain" ! Balayons donc toute comparaison. Merci de ce commentaire
!



Tietie007 11/08/2011 09:53


Un sur-polar !


Sebmagic 04/02/2011 14:06


Si le défi tient toujours, y'a The Truman Show dimanche soir sur France 4, une occasion en or de ne pas le louper ! :D


Le veilleur 04/02/2011 14:22



Oui, ça tient toujours :-) Je ne savais pas, merci de l'info. Dimanche soir ce sera donc The Truman show !



Sebmagic 22/01/2011 02:44


Voilà, c'est vu ! Je ne regrette pas de l'avoir vu, je voulais le faire l'année dernière et j'avais abandonné l'idée, mais finalement j'ai beaucoup aimé. J'en reparle demain !


Sebmagic 21/01/2011 20:24


Ouep, ça va se faire ! Ce soir sauf si je suis trop fatigué, et sinon avant la fin du week-end sûr !


Présentation

  • : Street smart with heart
  • : Parce qu'être sériephile n'est pas une maladie, il faut en parler. >Critiques séries mais aussi cinéma. Musique, actualité... Stay tuned on Street smart with heart ! Je vous attends pour me contredire...ou pas !
  • Contact

Recherche

A la une sur Twitter

La critique est dans la boîte

http://cineclap.free.fr/match-point/match-point-a01.jpg  http://www.surfutile.org/images/the.truman.show.jpg
  http://www.magazine-audio.com/images/cinema/milliondollarbaby.jpg   http://www.cinemapassion.com/lesaffiches/La_jeune_fille_a_la_perle-20110106125047.jpg
  http://adcn.org/v2/wp-content/uploads/2009/11/pulp_fiction.jpg   http://www.festival-augenblick.fr/IMG/jpg/dasfremdeInmir_poster01.jpg
   

Côté séries...

 

http://www.telemoche.fr/wp-content/uploads/2009/11/monk.jpg http://images.doctissimo.fr/cinema-television/photo/hd/1587878158/vampire-diaries/default-14124694cd3.jpg
http://s.excessif.com/mmdia/i/97/4/merlin-saison-2-4809974adbrk.jpg?v=1 http://www.journaldugamer.com/files/2009/09/true-blood-affiche-min1.jpg
http://www.ncisfr.net/DVD/ncis_saison2_f.jpg

http://www.beaute-et-maquillage.com/wp-content/uploads/2010/05/90210.jpg


Street smart with heart- Tous droits réservés.

Les textes appartiennent à leur auteur et ne peuvent être reproduits sans son accord préalable.

Les photos et les images appartiennent à leurs auteurs et sont utilisées à titre illustratif et/ou informatif.