Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 23:44

Never let me go

Attention : cette critique peut contenir quelques spoilers.

Tout a commencé lorsque je suis allée voir Au delà, la bande-annonce a été diffusée et je me suis sentie attirée par ce film, cette ambiance m'a comme envoutée, j'avais l'impression que la voix de la narratrice m'appelait. Alors, encline à plonger dans l'univers de Never let me go, je me suis empressée de le regarder. Il ne peut répondre à aucune attente, comme s'il venait d'un monde parallèle, anti-occidental, hérité des philospohes stoïcistes mais n'en doutez pas, ce film est une merveille...

 

 

En réalité, après l'avoir vu (et au moment où j'écrit cet article, la BO du film enveloppe la pièce) j'ai eu besoin d'écrire, c'est pour cela que je ne mets pas mon blog à jour  si régulièrement,  ce n'est jamais une contrainte, j'attends d'en ressentir l'envie.

Les dernières paroles de Kathy font penser que nous sommes comme ces enfants, comme ces clones et que nos vies ne sont pas si différentes des leurs. "Peut-être que personne ne comprend réellement ce qu'il a vécu et que personne n'a le sentiment d'avoir eu assez de temps."

http://www.cinemovies.fr/images/data/photos/18359/never-let-me-go-2011-18359-691997041.jpg

        Les acteurs, les trois sont talentueux, les plus jeunes c'est-à-dire ceux qui interprètent les enfants ont de l'avenir je pense. La ressemblance entre les deux Cathy est marquante, le passage de l'une à l'autre à la sortie de l'internat est d'une fluidité rarement vue. Changer d'acteurs, voir le temps qui passe est d'habitude plus violent, plus abrupte. On arrache le spectateur de l'univers avec lequel il s'était familiarisé pour un autre. Mais ce n'est pas le cas ici, ce qui donne un grand bénéfice à la valeur donnée au temps dans Never let me go. On reconnaît parfaitement les personnages, on peut donc féliciter la mise en scène qui fait glisser les images dans notre esprit. La structure du film est d'ailleurs d'une cohérence remarquable, tout est symétrique car les premières images (des amas de couleurs) sont aussi les dernières, de plus on commence par la fin. Kathy, la narratrice se plonge dans ses souvenirs...La crise de Tommy au début du film se reflète dans la dernière. Les couleurs, les paysages, les bâtiments anglais, chaque détail crée une ambiance mélancolique, profondément triste et poétique.  Faire résonner l'enfance à la vie adulte, et clore le film par la chorale dans l'école nous rappelle que tout est toujours lié au commencement, ce qu'on oublie souvent. Dix ans ont passé mais les trois amis ne se sont jamais oubliés. Tommy dit d'ailleurs que le temps n'a pas passé et si l'on se souvient de ce qui importait le plus pour nous à une certaines époque, de ce que nous étions autrefois alors effectivement le temps n'a pas passé.

http://media.paperblog.fr/i/335/3357623/premieres-images-never-let-go-mark-romanek-L-2.jpeg

J'admire d'ailleurs ces deux personnages, il possèdent un fatalisme étonnant. Ils font ce qu'ils doivent faire sans se poser de questions, puisqu'ils ne peuvent changer le cours des choses ils doivent les accepter. Cathy est d'un si grand calme et d'une compréhension des autres qu'elle se sent fière à l'idée de donner. Elle n'aura pas de discours sur son statut ou son identité, elle fera ce qui lui semble juste même si ça lui coûte la vie. Elle rejettera les faux espoirs, s'interdira de s'imaginer plus heureuse, elle ne songera jamais à la façon dont les choses auraient pu être. Elle a atteint un degré d'abnégation digne des philospohes stoïcistes qui acceptaient la douleur ou tous les évènements sur lesquels ils ne pouvaient influer. Selon eux, il faut savoir changer ses désirs si on les sait irréalisables afin de ne pas souffrir. Mais Cathy n'oubliera jamais le passé car dans ce film tout a rapport à l'enfance. Je crois que la vie est ainsi, les premiers instants restent gravés à jamais, les premières rencontres. Le petit cheval de Ruth le rappelle, l'homme met ces vérités de côté pour vivre en société mais confronté à la mort imminente comme le sera Ruth il doit les assumer. Ce que nous étions autrefois ne disparaît pas et nous restons les petits enfants que nous étions. On le voit avec Tommy, lui qui semblait s'être épanoui, lui qui avait supporté les opérations,  le petit garçon qu'il était au début est toujours en lui à la fin du film. 

Les paysages, la musique, les regards nous laisse apercevoir une vision poétique du monde, un autre monde qui n'est finalement pas si différent du notre. Never let me go traite de l'intériorité de l'être, de notre rapport à la vie et à la mort. La société est presque absente du film, on l'entrevoit quelques secondes au fast-food, quelques autres devant l'agence de voyage mais tout le reste s'épanouit dans la nature.

http://popmovies.blog.free.fr/public/.8ffe95078879d4ef_never-let-me-go-movie_m.jpg

Au début du film, on se situe dans l'enfance mais on n'en profite pas réellement car on attend la suite, on attend le moment où les personnages sortiront de leur espace confiné, de leur cocon. L'enfance est donc assimilée au pensionnat, voire à une prison de laquelle on voudrait sortir.  Mais il ne se passe rien ensuite, "le temps n'a pas passé". On passe notre enfance à attendre l'âge adulte mais on découvre rapidement qu'il ne possède rien de si attrayant. Cette vie et les responsabilités qui en découlent nous mènent à penser aux origines , alors la nostalgie s'empare de notre esprit.  On reconsidère notre quotidien vis-à-vis du commencement. Ce qui compte c'est notre façon de réagir lors des premières années, notre interaction avec les autres, les premiers amours. Rien de ce que l'on peut faire ensuite, une vie mouvementée avec de nombreuses occupations, des nouvelles rencontres ne peuvent changer cela. Kathy dit "Si j'avais su, je ne les aurais pas laisser partir" "Je n'aurais pas imaginé que nous si liés pouvions nous désunir à une telle vitesse."  J'avoue que ses propos m'ont marquée, en fait le changement m'a toujours choquée. Il était pour moi contre-nature, une sorte d'infidélité au passé, un abandon de ce qui avait été.

Il flotte sur ce film une tristesse élégiaque, une mélancolie bucolique qui plonge votre âme dans une douce méditation. Le regard de Kathy est toujours triste, il a quelque chose de douloureusement profond elle semble avoir compris ce qu'était la vie et elle possède une sorte de noblesse. Contrairement à elle, nous nous posons trop de questions, nous nous comparons aux autres alors que ça n'importe pas. Sentir le vent, le soleil, regarder la mer, être en accord avec soi-même et faire ce qui nous semble juste, ce sont les seules choses qui devraient nous animer, d'après ce film. Kathy ne se préoccupe pas de l'opinion des autres quand elle se rapproche de Tommy, rejeté par les autres enfants. Elle n'hésite pas à s'asseoir près de lui en dépit de son statut marginal ou des moqueries dont il est la cible. Sa sagesse, sa philosophie la rendent imperméables à ces mesquineries futiles. Elle possède un regard désintéressé, une vision poétique du monde. On sait d'ailleurs grâce à la galerie, qu'elle a un talent d'artiste.

On peut ainsi considérer le film comme une oeuvre d'art qui réfléchit sur l'art. Un soin tout particulier a été apporté à l'esthétique de l'image, à la qualité de la photographie. Le soleil n'est jamais agressif ou éblouissant, ses rayons nous parviennent adoucis par les nuages. La plage, le souffle de l'air dans la prairie sont apaisants, cela rappelle probablement l'enfance et l'internat.

http://www.cineaddict.fr/wp-content/uploads/2011/01/never-let-me-go-5.gif

Quel autre instrument que le violon aurait pu être choisi pour incarner la voix de l'âme ? De ce film émane une certaine tiédeur alors évidemment on ne monte jamais dans les aigus, on s'unit aux violoncelles aux instants les plus tragiques tandis que le thème principal est mené par un solo au violon. Les airs de la BO ne sont pas trop complexes, des notes simples aux plus pénétrantes elle accompagne discrètement l'image, touchante quand il le faut. La bande-son est essentielle, Never let me go est la chanson que Tommy a offerte à Cathy.

Si vous aimez l'action, les éclats, le tumulte de la société et que vous détestez la modération il est inutile de regarder ce film. C'est loin d'être de la science-fiction , c'est davantage un moyen de réfléchir à notre humanité, à notre existence, ce qu'elle devrait toujours permettre. On pourrait s'intéresser aux détails pratiques de l'histoire, mais je ne crois pas que ce soit son but. Je me suis bien sûr demandée comment on pouvait survivre après avoir donné deux organes vitaux mais je crois que l'aspect symbolique est essentiel. La société extérieure, celle qu'on ne voit pas pompe notre énergie vitale, elle nous absorbe dans son tourbillon. Elle peut nous casser moralement ce qui transparaît physiquement chez Ruth, affaiblie qui  doit utiliser un déambulateur pour marcher. Il s'agit d'un film profondément humain où chaque parole compte, Ruth et Tommy sont des personnages brisés en mal de vivre,  je suis toujours captivée par ces individus blessés. La scène où il demande à Kathy de s'arrêter dans les bois est déchirante, les personnages  expriment peu leurs émotions alors ça la rend encore plus forte.

Pour conclure j'utiliserai une citation, certes trop employée mais qui ne peut-être plus vraie qu'ici : "Les sanglots longs des violons de l'automne blessent mon cœur d'une langueur monotone".

Ce film, c'est l'automne. La question m'a été posée sur Formspring et elle prend tout son sens avec lui, je préfère les mi-saisons aux autres.  Ce film je crois qu'en un certain sens je l'attendais depuis longtemps et c'est pour cela que sa bande-annonce m'a autant attirée. Il y a un peu plus d'un an j'ai vu Twilight avec une amie, j'y étais réticente mais finalement son atmosphère ne m'avait pas déplue parce que c'était l'automne. Ce n'était pas le film que j'aimais (vous vous en doutez bien) mais je ressentais en moi une sensibilité particulière pour cette saison. Le film que je rêvais de voir, que j'attendais, c'était  Never let me go.

A lire : Vous trouverez une excellente analyse sur cineaddict

http://pechonjr.files.wordpress.com/2011/01/never-let-me-go-4-6e05f.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le veilleur - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Vincent 05/04/2011 23:02


A moins que t'aie un prénom du style Camille qui perpétue le malentendu quant à ton identité.


Le veilleur 05/04/2011 23:18



Non, pas de soucis avec Anaïs.(comme indiqué sur Twitter^^)



Vincent 05/04/2011 22:24


Oups, mille excuses milady, tu pouvais pas t'appeler la veilleuse pour éviter tout malentendu ? :p


Le veilleur 05/04/2011 22:48



Lol, j'y ai pensé mais...non ! Et c'était une petite référence à Dark Angel mais personne ne la comprend alors je finirai par changer de pseudo ! Mon prénom ça aurait été plus simple sans doute^^



Vincent 05/04/2011 20:38


Excellente critique d'un film avec lequel on ne sait pas sur quel pied danser.

Sinon on tient un blog ciné avec des potes http://www.ASBAF.fr passe à l’occaz t’es le bienvenu !


Le veilleur 05/04/2011 20:59



Ok je passerai peut-être un de ces quatre ! (et j'aurais dû trouver un autre pseudo : je suis donc plutôt la bienvenue ;) )



Sebmagic 05/04/2011 13:03


Oui Les Petits Mouchoirs ne m'intéresse pas du tout !


Le veilleur 05/04/2011 19:41



Je comprends ! Je réfléchis encore à ma critique mais j'ai du mal à la faire, difficile de trancher sur ce film.



Sebmagic 05/04/2011 00:50


Je l'ai vu et je suis extrêmement déçu. Ta critique est intelligente (comme toujours), très belle analyse qui me donne envie d'apprécier le film, mais non, désolé... J'ai pas détesté non plus, y'a
beaucoup de points positifs, mais je l'ai trouvé beaucoup trop convenu, trop poussif. C'était trop pour moi, les violons et le dramatisme, ça ne m'a pas vraiment plu et ça m'a empêché d'apprécier
le message.


Le veilleur 05/04/2011 09:06



Ce n'est pas grave ;) Mais je crois que ce film peut difficilement être adoré ou détesté, il donne une impression tiède.


Et dans le pathos on trouve pire (j'ai revu les Petits mouchoirs ce week-end : Cannet a forcé la dose par moments)



Présentation

  • : Street smart with heart
  • Street smart with heart
  • : Parce qu'être sériephile n'est pas une maladie, il faut en parler. >Critiques séries mais aussi cinéma. Musique, actualité... Stay tuned on Street smart with heart ! Je vous attends pour me contredire...ou pas !
  • Contact

Recherche

A la une sur Twitter

La critique est dans la boîte

http://cineclap.free.fr/match-point/match-point-a01.jpg  http://www.surfutile.org/images/the.truman.show.jpg
  http://www.magazine-audio.com/images/cinema/milliondollarbaby.jpg   http://www.cinemapassion.com/lesaffiches/La_jeune_fille_a_la_perle-20110106125047.jpg
  http://adcn.org/v2/wp-content/uploads/2009/11/pulp_fiction.jpg   http://www.festival-augenblick.fr/IMG/jpg/dasfremdeInmir_poster01.jpg
   

Côté séries...

 

http://www.telemoche.fr/wp-content/uploads/2009/11/monk.jpg http://images.doctissimo.fr/cinema-television/photo/hd/1587878158/vampire-diaries/default-14124694cd3.jpg
http://s.excessif.com/mmdia/i/97/4/merlin-saison-2-4809974adbrk.jpg?v=1 http://www.journaldugamer.com/files/2009/09/true-blood-affiche-min1.jpg
http://www.ncisfr.net/DVD/ncis_saison2_f.jpg

http://www.beaute-et-maquillage.com/wp-content/uploads/2010/05/90210.jpg


Street smart with heart- Tous droits réservés.

Les textes appartiennent à leur auteur et ne peuvent être reproduits sans son accord préalable.

Les photos et les images appartiennent à leurs auteurs et sont utilisées à titre illustratif et/ou informatif.