Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 10:58
Je n'ai pas eu beaucoup d'égards pour les productions françaises, surtout à la télévision (je ne vous parlerai même pas de La maison des Rocheville...) c'est pourquoi je veux réparer mon erreur. Je me souviens qu'au collège Billy Elliot avait éveillé mon intérêt pour Le lac des cygnes et Tchaïkovski, peu de temps après j'avais entendu une mélodie peu connue, Snegourotchka qui me faisait penser à la petite fille aux allumettes, mon conte préféré. Au lycée, j'ai découvert les nouvelles de Tchekov. Coup de foudre. Grâce à lui j'ai aussi renoué avec le théâtre, les trois sœurs, la Mouette, La demande en mariage... En 2007 un téléfilm historique, réunissant plusieurs pays européens (Italie, Belgique, Royaume-Uni, Allemagne, France...) m'a profondément marquée. Car malgré l'hégémonie culturelle américaine, il restait en moi une certaine fascination pour la Russie du XIX ème siècle. Alors, Guerre et paix est arrivée sur France 2 tout naturellement. C'est le genre d'adaptation ( de roman fleuve historique) que des équipes tentent de réaliser chaque année mais la qualité ou la fidélité à l'œuvre sont rarement au rendez-vous... Je n'ai jamais lu de critiques négatives la concernant, ainsi l'on cherchera dans le détail, certains diront que le projet pouvait être encore plus ambitieux, que Clémence Poésy pouvait incarner une Natasha au caractère plus fort. Et c'est une excellente chose parce que cela signifie qu'on peut enfin avoir des discussions réelles sur les adaptations... il ne faut plus passer par des banalités affligeantes telles que le scénario est mauvais, nous n'avons pas de dialoguiste, l'histoire et le livre sont massacrés, la mise en scène et le montage sont inexistants.
Les critiques se portant sur des détails affirmeront donc qu'on se concentre plus sur les amours de Natascha que ne l'a fait Tolstoï. Bien sûr, la vie de Pierre et ses quêtes philosophiques sont très discrètes, bien sûr la chronologie de l'héroïne est modifiée (nécessaire pour le scénario, compréhensible et plutôt bien orchestré) mais cette histoire nous fait réellement vibrer. Peut-être que cela est dû à la fidélité au livre, d'ailleurs le texte est si poignant  qu'il est difficile de s'en détacher. C'est, je pense un très bel hommage à Tolstoï qui a passé les quatre meilleures années de sa vie à écrire cette histoire, il disait s'être senti vide en quittant les personnages. En lisant le livre ou en regardant le téléfilm on peut encore sentir palpiter l'âme de la Russie, celle qui s'est perdue au cours du XXème siècle.
L'écrivain  Vladimir Fedorovksi qui, à l'instar d'Henry Troyat a profondément étudié l'art slave parle de suicide de la Russie. Plus je découvre cet univers, plus je suis émerveillée et à chaque fois que j'y repense la tristesse m'envahit. Les inégalités, les paysans mourant de faim...on en a conscience mais on ne peut s'empêcher de songer à tout ce que les révolutionnaires russes ont détruit. Car ce fut bien un siècle de destruction...
J'ai ainsi passé un mois lors de la première diffusion plongée dans Guerre et paix, j'attendais le mardi suivant avec impatience et pendant l'hiver en voyant les neiges tomber je me sentais en Russie. L'année suivante, j'ai découvert le livre et j'ai retardé la lecture du dernier tome, je ne voulais pas m'en séparer ! Quand j'ai eu fini, j'ai ressenti un grand vide. Désormais entendre quelques notes du téléfilm me remplit le cœur d'une sorte de chaleur, de passion aussi. Je sens la neige, le feu dans la cheminée, j'entends les rires des enfants, le son du piano.
En 1917 la famille Romanov a été exécutée. (11 personnes y compris Anastasia dont on a bien retrouvé le corps) Les formalistes russes, avant-gardistes guidés par Jakobson ont vite été persécutés, ils ont migré vers l'Europe de l'Ouest, quelques années plus tard les écrivains et dramaturges français du Nouveau Roman mettaient en pratique leurs idées. On a tendance à l'oublier mais Sarraute, Ionesco, Michaux sont leurs héritiers tout comme les critiques Barthes ou Genette.
En 1902 Tchekov est décédé, son neveu a fait carrière au Etats-Unis, une étoile du septième art.
La Russie a dérivé de Lénine, à Trotski, jusqu'au totalitarisme stalinien. En un siècle, elle a pu éponger sa soif de sang. Aujourd'hui la démocratie n'est que façade, les presses sont censurées, les journalistes assassinés, le gouvernement corrompu. D'après certains reportages, le racisme s'étend comme une gangrène. Les intellectuels ou artistes sont les derniers garants de cette culture russe.
J'imagine toujours le petit Piotr Illitch Tchaikovski, caché derrière sa mère demandant inlassablement s'il peut jouer du piano le soir, j'imagine les fêtes, leur faste, leurs sapins. J'imagine la gravité de cette nuit où Moscou a brûlé après que l'armée napoléonienne se soit emparé de la ville.
La famille impériale de Russie, malgré sa richesse (une des plus riches d'Europe, véritable symbole des inégalités et injustices) n'était pas semblable aux autres familles royales européennes. De Pierre II à la grande Catherine, mécène de Diderot (ah rien que pour ça, c'était une grande dame ! Ca aurait pu être un autre philosophe, mais il a fallu que ce soit Diderot...) jusqu'à Anastasia, la pétillante ou Maria la romantique, elle fut liée au monde intellectuel. Ce n'était pas que des salons mondains mais le fruit d'une véritable réflexion culturelle.
 Les parents d'Anastasia se sont mariés jeunes et, comme Marie-Antoinette et Louis XVI se sont montrés conservateurs. Cependant, ils ont réalisé lors de la guerre la misère du peuple, ils sont sortis de leur faste bulle familiale. Les sœurs aînées soignaient les blessés, les plus jeunes discutaient et jouaient  avec eux pendant des heures. Mais il était trop tard et vous connaissez la suite...
Paradoxe russe : on peut aussi bien faire leur culte que celui de Lénine qui avait commandité leur exécution sordide. Il est effectivement bien plus facile de tout attribuer au grand méchant de l'histoire : Raspoutine. (mort deux ans avant la mort de Nicolas II !!) Car ce méchant était mystérieux, sombre, marginal, barbu, avant de mourir il aurait prédit la chute de l'empire, l'apocalypse !! Woou ça fait froid dans le dos !! On comprend pourquoi Disney en a fait un film...
Que reste-t-il aujourd'hui de l'âme russe ? Peut-être pas beaucoup plus que cette idée de la France que nous nous faisons. La Seine, les promenades, les bouquinistes, les philosophes, écrivains... On renvoie encore cette image aux étrangers mais ce n'est qu'une idée, une illusion. C'est le même genre d'image que celle renvoyée par les ballets de Moscou : un écho du passé. Peut-être que cette réalité n'a jamais existé mais j'aime penser que le plus important c'est l'image elle-même, tant que Guerre et paix fera rêver, alors cette âme slave survivra.
Partager cet article
Repost0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 15:00

Cette année en France, l'actualité est marquée par la crise économique et par une crise politique (des scandales, la faiblesse de l'opposition, des questions identitaires : peut-on faire confiance à la politique telle qu'elle est devenue ?...)

 

Dans cet élan les administrations, leur efficacité et leurs techniques de management sont remis en cause. Salut les terriens nous en offre une belle représentation depuis quelques temps : un employé de France télécom est venu témoigné la semaine dernière. Envoyé spécial s'était également penché sur les suicides à répétition de la puissante entreprise. Cette semaine Paje emploi est visé : inefficacité, personnel sans formation spécifique, ambiance exécrable... Le résultat est le même : des arrêts maladie, des désillusions. On apprend que le but premier n'est pas de faire coïncider des jobs libres à des chômeurs, on apprend aussi que la fusion Acedic/ ANPE n'est qu'une façade...

Un sombre tableau qui devrait balayer des idées idéalistes et naïves : essayer de faire changer le monde à son échelle, être utile aux autres, monter l'échelle sociale, gagner sa vie humblement, trouver du travail, réformer les institutions...

 

Que d'idées qui ne correspondent plus aux métiers de l'économie, de la politique ou du management. La moelle osseuse de ses organisations semble gangrenée. Mais ça n'arrête pas les étudiants... Oui, actuellement trois types d'écoles sont côtées : les écoles de commerce ou formations de management (autant en fac que dans le privé), les études en droit et finalement Sciences po !!  Les filières les plus populaires correspondraient-elles aux métiers les plus décriés par les médias ?

 

 

Je ne suis même plus étonnée quand on m'annonce ces filières. En réalité il est aisé de deviner la voix choisie par un étudiant : management, commerce, politique ou psychologie qui se démarque, c'est vrai. Il faut toutefois noter que la plus grande ouverture pour les étudiants en psychologie se situe dans le monde de l'entreprise. Apparaissent alors des conseillers en ressources humaines. On cotoie de près le management...

 

Et pendant que la fac se débat et ne parvient pas à sortir d'une maladie qui dure depuis trop longtemps, sciences po et les écoles de commerce jouissent de fonds non négligeables, de locaux modernes et d'une réputation solide.

 

Cherchez l'erreur... Parce que je ne comprends pas cette situation. Les études supérieures seraient-elles totalement coupées du monde ? Comment ces filières parviennent encore à faire rêver ?

 

Il s'agit peut-être d'une promesse inédite en France qu'elles tiennent : une prise en compte de l'étudiant que l'on traite comme un jeune adulte, l'apprentissage des responsabilités, un réel campus, une ouverture sur le monde, de solides relations avec l'étranger. Des promos, oui des promos d'étudiants... Bref cela correspond à l'idée rêvée de l'après-bac. Cela correspond au rite nécessaire de passage à la vie adulte, rite marqué de tous temps à travers des dizaines de civilisations. Un rite que d'autres pays ont su mettre en oeuvre (il paraît naturel de citer le cliché américain), avec toutes ses qualités et ses défauts, ceux qui forgent la personne que vous serez demain.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 18:00

C'était en 2007, la France pleine d'espoir se passionne pour les présidentielles. Fidèles à eux-mêmes (pas si fréquent...) les hommes politiques commencent les promesses. Malgré les déceptions on a besoin de croire en quelqu'un même si cela fait ressurgir notre candeur. On sait que ces belles paroles sont impossibles à réaliser même si elles font gagner... Alors il est aussi très facile de les reprendre quelques années plus tard, dommage pour le gagnant qui se confronte au monde réel. En l'occurrence ces merveilleux slogans digne d'un conte de fée deviennent particulièrement drôles.

Je ne ferai pas de commentaires je vous laisserai juste savourer quelques extraits... (d'un rire jaune?)

Tout commence par le fameux "tout devient possible" (tout et...n'importe quoi?)

"Je souhaite que nous atteignions le plein-emploi en moins de cinq ans." Attendez la suite : "C'est possible"

"C'est ainsi que nous lutterons le mieux contre la pauvreté et l'exclusion."

"Je veux être le président du pouvoir d'achat"

"Je baisserai les impôts. Je revaloriserai les petites retraites."

"Je préserverai le pouvoir d'achat des retraités"

 

"Je gouvernerai dans la transparence"

"Je réduirai la dette et le déficit, qui ont été creusés" "nos politiques réussiront"

"Avec vous Français de métropole, d'Outre-mer (...)" (souvenons-nous de certaines grèves)

"Je veux que la France reste un pays ouvert..."

"Je ne vous mentirai pas, je ne vous trahirai pas."

Je ne pourrai pas ironiser à propos des autres candidats, préférant leur laisser le bénéfice du doute. Mais la plupart de leurs programmes semblent sortis du "pays des sucettes"!! C'est sans doute ainsi que le système fonctionne, c'est pourquoi nos dirigeants affirment qu'il faut être réaliste, ne pas oublier la terrible crise qui sévit, ont-ils déjà oublié les beaux discours qui firent leur succès?  Les propos suivants seront peut-être pur idéalisme mais j'aime penser qu'ils sont nécessaires dans un monde aux valeurs changeantes. Personne n'oblige les candidats à avancer de tels mensonges, qu'ils ne s'étonnent  pas qu'on leur ressorte sur plateau quelques années plus tard. Ce n'est pas parce que c'est habituel qu'il ne faut pas le décrier.

Quelqu'un d'honnête prendrait le risque d'un programme moins attractif, même si cela menait à la défaite. (Ce qui s'est peut-être produit en 2002 avec Lionel Jospin) Si chacun se battait pour ses convictions, au risque de tout perdre alors ...je suppose que la politique ne serait plus la politique moderne. Quoi qu'il en soit il existe des personnes honnêtes, elles appartiennent seulement à un paysage moins médiatique, elles refusent de se plier aux vices de la société. Elles nous prouvent chaque jour que l'on peut avoir des valeurs morales, des repères stables.

Le plus souvent elles ne sont pas au gouvernement et acceptent en cas d'échec d'endosser leurs responsabilités. Si elles ne le faisaient pas pour s'accrocher au pouvoir (aux Etats-Unis un échec signifie la fin d'une carrière ce qui permet le renouvellement...) on les verrait plus dans les médias, on pourrait voter pour elles mais par conséquent, elles ne seraient plus si justes et honnêtes!

Par exemple, quel que fut le parcours de Lionel Jospin son dernier acte politique aura été un acte de courage et d'honnêteté. Observons le paysage politique actuel : y a -t-il un seul individu qui en dirait autant?

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 18:00

Bienvenue à Reims la belle éveillée ! Du gazon bien vert, Ikea, le TGV, des pôles thématiques (automobile, maison +...) La vie semble tout à coup merveilleuse à Reims. Une bonne fée aurait-elle agité sa baguette magique? Le veilleur tâchera de gratter ce joli vernis pour découvrir ce qui se cache derrière la grande métamorphose.  Une petite investigation pour souligner les points noirs de Reims...tout comme les évolutions positives. Passage par le monde étudiant avec les lycées, prépa et fac, puis observation des quartiers qui évoluent positivement...ou pas.

Reims bouge, on l'attendait depuis longtemps, je l'attendais...je suis heureuse...ou pas. Serait-ce un revirement soudain du veilleur, en quête de simplicité? Les Rémois perdraient-ils leur naturel ? A force de se moquer de la campagne ( j'aimais ce passe-temps) serait-on devenus parisiens aspirants ? Je n'en sais rien en tout cas le veilleur a besoin de calme pour réfléchir et discerner le vrai du faux ! Or le le renouveau, c'est bien à condition de ne pas oublier l'essentiel... Il s'agit de trouver un juste équilibre entre dynamisme et conservatisme.

Car "si tu ne sais pas où tu vas, regardes d'où tu viens."

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 15:00

Le veilleur doute...

 

Dans cette période agitée, remplie de scandales politiques et financiers, je m'interroge. Que penser de l'actualité? Que penser des journalistes et de leur fameuse objectivité? Il est si facile d'orienter une information, d'omettre certains détails pour en privilégier d'autres. On a toujours une opinion sur un sujet, c'est inévitable mais un journaliste a un devoir de réserve, il doit analyser l'information et s'opposer aux préjugés ou idées prédéfinies. Mais finalement observe-t-il l'actualité d'un regard neuf? Les journalistes de France 3 décident des informations en lisant les journaux, se font-ils toujours leurs propres opinions? De plus les faits complexes sont dilués, aménagés pour que les français puissent comprendre. J'ai assisté au montage d'un reportage, le principal soucis de la journaliste était de mâcher l'information pour les citoyens. On craignait qu'il ne comprennent pas mais l'actualité ne peut être prise que dans sa complexité, la réduire comporte forcément un parti pris. Pour tout vous dire je crains d'avancer des opinions, et si je ne savais pas tout, et si je me trompais ou étais manipulée par les médias ? Certains faits sont-ils omis par les journalistes? Néglige-t-on des éléments pour orienter l'opinion? Les politiques mentent-ils? Tout cela paraît si confus, si peu honnête et objectif qu'on n'a guère envie de faire confiance aux dirigeants comme aux médias. Voilà pourquoi j'essaye de gommer ma naïveté, un travail quotidien! Voilà pourquoi je préfère la presse écrite, c'est peut-être illusoire mais j'ai la sensation qu'elle est moins trompeuse, plus vraie. Quels que soient ses propos!

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 18:00

Le gouffre de l'audience...ne tremblez pas car c'est bien à ce monstre que nous allons nous attaquer. Lecteurs, soyez forts et résistez avec moi! Les chaînes de télévision, comme vous le savez fondent toute leur politique autour de son aura destructrice. Quand un programme faiblit, il disparaît instantanément. On oublie la qualité ou la construction narrative des séries TV, les premières touchées. Combien ont subi l'annulation avant une fin digne de ce nom? Combien ont vu leurs légères consœurs reconduites tandis qu'elles, de discrète qualité étaient balayées d'un revers? Ainsi, ce fléau porte atteinte aux inventives équipes américaines et au potentiel français. Seules des chaînes indépendantes telles Canal + ou HBO, sa modèle américaine parviennent à se libérer de cette règle implacable. Le Canada, avec notamment The Listener à diffusion internationale semble plus résistant que son voisin, ainsi la série de CTV (et non pas de NBC comme je l'ai vu inscrit dans certains magazines) n'est plus diffusée aux Etats-Unis, à cause d'un succès trop faible. On en déduit donc qu'élevée au pays de l'oncle Sam, elle ne serait déjà plus d'actualité. Mais il pourrait s'agir d'un simple dédain pour les séries étrangères, pire encore pour les enfants du Grand Nord!. Les séries canadiennes sont rarement diffusées et commencent lentement à s'exporter, on pense par exemple à 18 to life la dernière de Derek Schreyer et Karen  Troubetzkoy (les créateurs de 15/Love diffusée en France avec KD2A). C'est ABC qui en a acquis les droits, cela constitue la première fois qu'un network américain et une chaîne canadienne se réunissent. Noterait-on un léger progrès au merveilleux monde des séries TV? Si c'était le cas, le retard français se creuserait encore un peu plus!

 

 

C'était un message du veilleur, souffle de liberté.

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 08:00

Prenons l'exemple des licences, si vous en choisissez une très basique : anglais ou lettres modernes par exemple, pas de problème en province. Mais si vous ajoutez un parcours spécifique, c'est-à-dire qu'au lieu de faire lettre parcours lettres vous souhaitez faire lettres parcours théâtre, ça se complique. Plus étonnant encore il existe une seule licence de cinéma , toutes les autres formations sont Arts du spectacle option cinéma, la différence est notable. Surtout quand on connaît les programmes, les deux ont l'air très intéressants mais celui de cinéma est beaucoup plus spécifique. Devinez où est cette licence : Paris 3!!Inutile de dire que la majorité des étudiants est parisienne, ils restent en effet prioritaires sur le recrutement alors que les autres étudiants ont un dossier plus lourd à remplir.

C'est sans compter un problème non négligeable : le logement. Venant de province il vous faudra partir à la recherche d'un appartement, parmi les plus chers de France. Petit terminal qui débarque à la capitale, courage! Evidemment les logements universitaires sont presque inexistants à Paris, de mauvaise qualité. On est très loin des campus américains ! (les lieux de rencontre étudiantes seront donc davantage portée sur les soirées ou bars, peu d'alternative s'adapter à ce système ou devenir associable. Populaire ou ringard.  Mais en fait, ce n'est pas si différent du système américain!)

Vous me direz peut-être que les facs françaises sont différentes, elles forment dans la masse et ne correspondent pas à l'élite. Soit, nous parlerons donc de l'élite, j'ai cité : les prépas. Mais c'est une autre histoire...à suivre dans la Chronique du veilleur.

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 08:30

Une nouvelle année scolaire se profile à l'horizon, profitons-en pour regarder dans le rétroviseur, que s'est-il passé en 2009/2010?

Un sondage s'est penché sur la triche à l'école et a révélé un nombre énooorme d'élèves ayant triché au moins une fois lors d'un contrôle voire d'un examen...

Le pourcentage est déconcertant mais finalement pas si surprenant. Je me souviens encore de mon voisin de devant, celui de derrière, à ma droite aussi et de certaines amies bien sûr qui pratiquaient ce sport régulièrement. Au bac, j'ai eu vent de quelques coups d'œil sur la copie du voisin ce qui est bien sûr inacceptable, décidément quelle génération d'imposteurs! Ces êtres dénués d'éthique ne manquent cependant pas d'intelligence, bien au contraire, leur seul tort à été de jouer dans la cour des grands, de s'adapter à leur univers.  A 8 ans un enfant est puni à tort par une remplaçante, de petites injustices jalonnent sa vie alors il s'adapte, perd sa naïve confiance en la société et décide que la fin justifie les moyens. C'est le résultat qui compte! Tous cela à cause de légères désillusions infantiles! On a tendance à l'oublier mais un enfant est loin d'être bête. Une fois qu'il a compris les règles ( c'est-à-dire après s'être fait avoir une fois ou deux) il en joue, avec brio. Bienvenue dans le merveilleux monde de l'éducation nationale, microcosme de notre société! Ah, comme j'aime ce petit bouillon de culture! Culture? Je parle évidemment de la culture de Coluche, vous savez, celle qu' on étale...

Conclusion, avant d'accuser les tricheurs réfléchissez aux causes. Les enfants d'aujourd'hui ne sont pas différents de ceux d'autrefois. Je ne crois pas à l'ancestral "de mon temps ça se s'rait pas passé comme ça!". Peut-être avons-nous tout simplement l'habitude d'idéaliser les temps anciens. Nostalgie d'une jeunesse oubliée? Enfin, quoi qu'il  en soit ce phénomène n'a rien de nouveau puisqu'il existait déjà du temps de Jules César. Les auteurs antiques, les Anciens avaient longuement disserté sur la légèreté des mœurs des jeunes gens, comme ils regrettaient leur époque!

 http://www.ttgratuit.com/tricher.php 

Cliquerez-vous sur ce lien? Des dizaines de méthodes pour tricher, des plus simples aux plus ingénieuses!  Je ne recommande évidemment pas de les utiliser!!! (oh non, c'est mal...)Mais avouez que certaines techniques sont plutôt marrantes, j'aurais aimé avoir assez d'audace pour en utiliser quelques unes, pas pour tricher, simplement pour tester mes talents d'agent secret!! De quoi  faire monter votre taux d'adrénaline (probablement une cause essentielle de tricherie.) J'ai d'ailleurs un faible pour la montre de MacGiver...

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Street smart with heart
  • : Parce qu'être sériephile n'est pas une maladie, il faut en parler. >Critiques séries mais aussi cinéma. Musique, actualité... Stay tuned on Street smart with heart ! Je vous attends pour me contredire...ou pas !
  • Contact

Recherche

A la une sur Twitter

La critique est dans la boîte

http://cineclap.free.fr/match-point/match-point-a01.jpg  http://www.surfutile.org/images/the.truman.show.jpg
  http://www.magazine-audio.com/images/cinema/milliondollarbaby.jpg   http://www.cinemapassion.com/lesaffiches/La_jeune_fille_a_la_perle-20110106125047.jpg
  http://adcn.org/v2/wp-content/uploads/2009/11/pulp_fiction.jpg   http://www.festival-augenblick.fr/IMG/jpg/dasfremdeInmir_poster01.jpg
   

Côté séries...

 

http://www.telemoche.fr/wp-content/uploads/2009/11/monk.jpg http://images.doctissimo.fr/cinema-television/photo/hd/1587878158/vampire-diaries/default-14124694cd3.jpg
http://s.excessif.com/mmdia/i/97/4/merlin-saison-2-4809974adbrk.jpg?v=1 http://www.journaldugamer.com/files/2009/09/true-blood-affiche-min1.jpg
http://www.ncisfr.net/DVD/ncis_saison2_f.jpg

http://www.beaute-et-maquillage.com/wp-content/uploads/2010/05/90210.jpg


Street smart with heart- Tous droits réservés.

Les textes appartiennent à leur auteur et ne peuvent être reproduits sans son accord préalable.

Les photos et les images appartiennent à leurs auteurs et sont utilisées à titre illustratif et/ou informatif.